[TEST] Space Bomber : l’OVNI de Psikyo

1998 fut une année dense pour Psikyo avec la sortie de Gunbird 2, du sympathique Pilot Kids sur SEGA Model 2 ou encore de la suite du jeu de mahjong érotique Taisen Hot Gimmick. Mais parmi tout ces titres on trouve aussi un véritable OVNI : Space Bomber !

Test rédigé par Yace. Publié initialement sur notre forum le 2 octobre 2010.

En 1998, la Terre est confrontée à une crise majeure. Des vilains extra-terrestre se sont invité à la Maison Blanche avec cet ordre aussi bref qu’explicite: donnez-nous votre planète. Le vaillant Président des États-Unis s’y oppose avec énergie et pour leur montrer qu’on n’est pas des chiffes molles, décide de lancer le vaisseau « Space Bomber » dans les pattes de ces vilains pas beaux. Notez que le président ressemble à s’y méprendre à un croisement entre Bill Clinton, président de l’époque grand amateur de stagiaires, et Bill Pullman, qui tenait le rôle du président dans Independance Day, excellent nanar nationaliste de Roland Emmerich dans lequel les États-Unis sauvent une fois de plus l’humanité, y compris l’Irak et la Russie…

Ce n’est pas un trucage, c’est bien du Comic-Sans.

On l’a remarqué, les shmups de chez Psikyo ont tous une très nette tendance à la parodie et au délire assumé. De Samurai Aces à Dragon Blaze, Psikyo a toujours misé sur des personnages loufoques ou de flagrants anachronismes comme des méchas sur développés qui s’extirpent de machines de guerre des années 40. Et bien, c’est clairement avec ce Space Bomber que les créatifs de Psikyo ont poussé la déconnade plus loin.

Pour faire synthétique, disons que Space Bomber est un hommage décalé (carrément tordu même) à Space Invaders. Première originalité: le jeu est sur un écran fixe, mais votre vaisseau n’est pas limité au bas de l’écran comme dans un Space Invaders ou un Galaga. Seconde originalité: pour de vilains E.T, les ennemis sont tous plus débiles et loufoques les uns que les autres. Cochons morveux, lapins, poubelles géantes et autres smileys ridicules, voilà quel sera votre lot. Cependant, Space Bomber ne se résume pas à un bête jeu où seul le tir fait le gameplay. Votre engin dispose d’un tir frontal upgradable par 3 fois, et surtout d’un grappin. Pourquoi faire, le grappin ? Tout simplement 90 % du gameplay.

Avec ce grappin, vous pouvez capturer les ennemis, et en stocker 3 au maximum (si vous en capturez un 4ème, celui-ci viendra prendre la place du premier). Et avoir des ennemis en réserve est tout simplement fondamental. En maintenant le tir appuyé, vous ferez agir votre capture qui lancera son attaque. Chaque ennemi abattu ainsi vous rapportera 500 points. Mais si vous appuyer sur la touche du grappin en même temps que vous chargez votre capture, vous déclencherez votre attaque atomique, qui a des effets destructeurs et boostera vos scores ! Vous pourrez dégommer plusieurs ennemis ainsi et vous remporterez un bonus de 100 000 points dès que vous abattrez plus de 10 ennemis ainsi. Les déplacements ennemis de chaque tableaux offriront de nombreuses fois cette possibilité, il est donc possible (et c’est le but du gameplay) de faire à maintes reprises de véritables massacres qui exploseront votre score. A titre d’information, il est aisément possible de dépasser le million de points dès la fin du premier monde !

Vous l’aurez compris, Space Bomber est donc un vrai « shmup à score ». Le but du jeu est d’exploser son score et de tenter de survivre. Car l’aspect survie est également fortement considéré dans Space Bomber. Chaque ennemi capturé a son attaque particulière. Savoir quel ennemi produit quelle attaque et quand l’activer à meilleur escient est également fondamental et viendra avec la pratique. Car les attaques secondaires sont, comme bien souvent chez Psikyo, la clé de la victoire.

Loufoque on vous dit !

Chaque monde est composé de 4 zones, la dernière étant le boss. Et pour un jeu sur écran fixe, c’est clair que ça donne sévère. Les patterns des boss et des sous-boss (la deuxième zone de chaque monde est un sous-boss) sont d’authentiques machinations, de véritables monstruosités et slalomer là-bas dedans n’est pas chose aisée ! Mais une fois encore, se laisser impressionner ne sert à rien. Psikyo a pensé à tout ! Face au déchaînement de projectiles, sachez adapter votre attaque en fonction de la situation, avec notamment les ennemis qui une fois activés, sauront vous servir de bouclier. Mais attention, certaines attaques adverses sont impossibles à contrer, votre sens de l’esquive sera prioritaire… Le tout baigné par une musique débile et des bruitages non moins fendards.

Des Boss saugrenus aux transformations inspiré.

Space Bomber est assurément le Psikyo le plus tordu tout en étant à ce jour la parodie des Galaga-like la plus aboutie tant sur le plan de la réalisation que du gameplay. Avec ses multiples possibilités d’attaque, la configuration démoniaque des tableaux, la rapidité incroyable des salves d’ennemis à abattre et surtout son ambiance hilarante (on ne se lasse pas des dialogues entre les aliens et le président), il vous fera passer d’excellents moments, seul ou à deux. Bon courage, les 6 mondes déjantés de Space Bomber vous attendent !

Space Bomber… SCRAMBLE !!

 

Pour voir ce que donne Space Bomber en action, nous avons un 1-Sissy avec une partie survie par Trizeal et une axée score par BOS !

Source captures d’écran : arcade-museum.com

À propos de Yace

Yace
Joueur qui balance entre deux âges, plutôt des neiges d'antan que de la dernière averse. Révolté permanent, contestataire patenté, il n'y a que les jeux vidéo et la grammaire française dont j'accepte de suivre à peu près les règles, dans l'ivresse des pixels et des mots.

À lire aussi

[Interview] Jack Darx : La génése de la Team Grybanser Fox et Zenodeath

L’un des piliers centraux et fondateur de la Team Grybanser Fox, Jack Darx est à …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *