[TEST] Nemesis II : Gradius dans le creux de la main

Avec le temps, ce Nemesis II a su se forger la réputation d’être le meilleur shmup de la portable monochrome de Nintendo. Est-ce justifié ? Nous allons voir !

Test rédigé par Yace. Publié initialement sur notre forum le 2 octobre 2010.

Après votre victoire sur le roi Nemesis dans le premier volet de cette série (Gradius sur portable !), vous voilà rentré chez vous et à peine le temps de souffler, votre engin (rebaptisé Protheus 911 sur GB) va de nouveau repartir en croisade, avec vous aux commandes, pour faire face à une nouvelle menace, les forces du roi Nemesis se sont régénérées et reviennent avides de vengeance.

Dès le début de votre mission, vous devez choisir quel type de missiles vous voulez utiliser : le modèle classique au sol, le missile double (le meilleur choix, sans doute possible !) et le missile caudal, relativement inutile vu le peu d’attaque venant par l’arrière…

Et vous voilà partis. Ce qui est assez original, c’est que Nemesis II est un shmup scénarisé. Vous démarrez par une petite séance de slalom entre les roches, votre engin est poursuivi par un vaisseau mère que vous n’arriverez à semer qu’une fois arrivé dans les grottes, grottes abritant des ruines d’une ancienne civilisation, auxquelles succèderont un nid à parasite, puis vous serez intercepté par deux satellites ennemis qui vous enverront au cœur d’un vaisseau alien, d’où vous ne sortirez que pour vous casser les dents dans un champ astéroïdes…Après quoi vous descendrez affronter une base de réserve qui vous livrera l’accès enfin au cœur de l’invasion avec l’ultime repère du roi Nemesis II ! Pas de coupure entre les stages, pas de temps mort, c’est à ma connaissance le seul shmup GB qui se paie le luxe d’avoir un déroulement aussi travaillé.

Les graphismes sont absolument sidérants sur l’écran de la GB, et certains sprites sont d’une taille impressionnante. De plus, chaque ennemi est soigné, le tout donne un visuel très fignolé qui concourt à l’excellence de la lisibilité du jeu. OK certes, il y a quelques rares passages qui clignotent, mais aucun ralentissement dans le défilement, la réalisation technique est sérieuse et satisfaisante, c’est du tout bon.

Comme tous les Gradius, votre armement est paramétrable avec la ceinture d’options en bas de l’écran, mais capacité de la GB oblige, vous ne pourrez charger que deux options de tir. J’insiste aussi sur le fait que le bouclier « shield » est vraiment très efficace, trop efficace, et rend le jeu beaucoup trop permissif. Avec les missiles doubles, deux options, le tir laser et le bouclier, il faut vraiment le vouloir pour se faire descendre.
Et c’est là le défaut du jeu : son excessive facilité. Là où la série Gradius n’a jamais brillé par sa simplicité, ce Nemesis II GB est curieusement aisé, même si certains boss peuvent encore ralentir un tantinet votre progression. Mais j’affirme que n’importe quel joueur arrivera à bout du titre en quelques essais.
Il y a quand même un mode hard légèrement plus corsé sans pour autant être vraiment difficile, et le jeu enchaine plusieurs loops, ce qui rallonge tout de même sa durée de vie. Et fait rare sur GB, Nemesis II vous propose un mode entrainement sur les 4 premiers niveaux.

Malgré cela, Nemesis II est un shmup auquel on revient souvent, car force est d’avouer qu’il est techniquement très abouti pour son support (n’exagérons rien tout de même, la GB étant une de mes console fétiches, je ne suis guère étonné d’y trouver des jeux de cette qualité, non mais !) et qu’il s’en dégage une ambiance faite de scénario et de bande son magistrale qui fout la pression, les thèmes musicaux sont incroyablement bien adaptés aux lieux qu’on visite.

Bonne pioche sur GB !

Note de Yace : Longtemps j’ai considéré ce jeu comme le meilleur shmup sur GB, mais après avoir joué à ZAS et à Mercenary Force, j’avoue que j’hésite entre ces trois titres, même 18 ans après…

Et hop petit cadeau avec les deux 1-Sissy made by SEA de ces titres susmentionnées !


Source captures d’écran : mobygames.com

À propos de Yace

Yace
Joueur qui balance entre deux âges, plutôt des neiges d'antan que de la dernière averse. Révolté permanent, contestataire patenté, il n'y a que les jeux vidéo et la grammaire française dont j'accepte de suivre à peu près les règles, dans l'ivresse des pixels et des mots.

À lire aussi

[Interview] Jack Darx : La génése de la Team Grybanser Fox et Zenodeath

L’un des piliers centraux et fondateur de la Team Grybanser Fox, Jack Darx est à …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *