[MINI-DOSSIER] La NEO-GEO et ses shmups

« Rolls des consoles », « arcade à domicile »…Tant de dénominations flatteuses pour causer de la Neo-Geo ! La machine de SNK a longtemps symbolisé le haut de gamme et aujourd’hui a conservé cette image. Et si la bécane a brillé pour ses jeux de combat, il y a tout de même quelques shoots qui ont marqué leur époque. Et ça tombe bien dans un volume dédié au genre !

Ça commence fort !

En 1991 arrivera Alpha Mission II, suite donnée par SNK à un titre obscur. Ce jeu d’une haute réalisation se démarque de suite par l’importance capitale qu’il accorde à la gestion de l’armement, un fait encore trop rare à l’époque. Certains passages relèvent en effet de l’insoluble sans une totale maîtrise des tirs. Un titre éminemment technique qui ouvre le bal : sur Neo Geo, on joue dans la cour des grands.

L’année suivante arrivera Last Resort, archétype du shooter de la bécane : directement inspiré de R-Type, ce jeu fait la part belle aux séquences à mémoriser. Un titre classique mais efficace.

Cette même année 1992 verra la sortie de Viewpoint, qui est à ce jour le shoot them up le plus atypique de la machine. Rompant avec l’aspect formaté du genre, ce jeu de Sammy se déroule en 3D isométrique et mise énormément sur un level design de ce fait inédit, lointain descendant de Zaxxon. Viewpoint  se pose de suite comme une référence et son originalité contraste avec les autres titres du genre sur Neo Geo, lui donnant ainsi un ticket unique. Cependant, sa difficulté en a découragé plus d’un, et les plus vaillant pourront tenter de décrypter les subtilités de son système de score. A nouveau un très grand jeu !

Une continuation très classique

Après ce titre phare, le genre se perdra moins en fantaisies pour renouer avec une appréhension très usuelle. Aero Fighters 2 est un exemple indéniable de shoot them up très réussi mais sans fioritures, qui se démarque tout de même par un vaste choix d’engins disponibles. Long est progressant harmonieusement en difficulté, Aero Fighters 2 est l’image même de l’exercice de tir net et sans bavures, et qui jouit d’un évident capital de sympathie sans pour autant s’élever outre mesure. Sa suite de 1995 Aero Fighters 3 hélas s’avérera bien moins agréable avec ses niveaux décousus et pour certains honteusement brefs et vides, le tout couronné d’une difficulté artificielle due à une vitesse de projectiles un rien absurde.

L’usine à rêves. Ce qui suivra a déjà été dit et redit, mais comment ne pas revenir sur la dimension quasi mythique de cette console qu’était la Neo-Geo ? Invitation à l’arcade à domicile, la bécane de SNK a su jouer habilement de cette image de surpuissance et ce dès ses débuts. Avoir une Neo-Geo faisait de vous la star du bahut, et le prix des cartouches, allant de l’élever au prohibitif, confortait l’aura d’une console de luxe. Aucun autre support d’époque n’aura eu un tel cachet.

L’apothéose

Heureusement la Rolls des salons n’a pas dit son dernier mot ! La même année que le mitigé Aero Fighters 3, elle accueillera Pulstar. Clone évident du R-Type de 1987, ce jeu d’Aicom (dont certains soutiennent qu’elle comportait d’anciens de chez Irem) est d’une beauté saisissante et remet au goût du jour un genre de shooter éprouvé, fait de mémorisation et de techniques de jeu poussées au service d’un challenge corsé mais que l’on relève à grand renfort de persévérance. Il faut bien dire qu’avec un modèle si illustre…

La suite spirituelle de Pulstar viendra en 1998 et s’intitule Blazing Star, le titre le plus souvent cité comme le meilleur shoot them up de la Neo-Geo. Le jeu fait en effet carton plein : vaste sélection de vaisseaux (dont celui du Pulstar précité), niveaux longs et frénétiques, système de score abouti, décors sublimes et sprites monstrueux, ce jeu de Yumekobo mérite tous les honneurs. Exigence et fun immédiat : Blazing Star vint à point nommé montrer que la Neo-Geo savait faire autre chose que des jeux de combat !

Cette sélection s’achèvera avec l’un des jeux les plus conceptuels du genre entier, Twinkle Star Sprites, superbe croisement tout mignon de ces deux genres que sont le shooter et le VS fighting ! Hautement improbable sur le papier, l’idée se révèle aussi plaisante qu’inépuisable une fois pris en main les mécanismes de jeu. Sur un écran divisé en deux, chaque joueur devra anéantir des chaînes d’ennemis pour envoyer toujours plus de délicatesses à son adversaire sur un modèle initié par les modes compétitifs de Tetris ou Bust A Move, chaque joute présentée comme un véritable combat. Un titre renversant sur une console qui n’avait pas connu de shoot them up aussi original dans l’idée depuis Viewpoint.

En conclusion

Quoique peu nombreux, les shoot them up sur Neo Geo ont donc quasiment tous brillé par leur haut niveau de réalisation qui allait de pair avec la réputation de perfection technique de la Rolls des consoles. Et quand on voit les Viewpoint, Pulstar et autres Blazing Star, comment ne pas regretter que la console n’ait pas connu un peu plus de jeux du genre, quitte à avoir moins de jeux de combat ? (ça y est, je l’ai dit !)

À propos de Yace

Yace
Joueur qui balance entre deux âges, plutôt des neiges d'antan que de la dernière averse. Révolté permanent, contestataire patenté, il n'y a que les jeux vidéo et la grammaire française dont j'accepte de suivre à peu près les règles, dans l'ivresse des pixels et des mots.

À lire aussi

[TEST] Last Resort – Quand Akira rencontre R-Type

Last Resort a longtemps été un objet de fantasme pour les joueurs qui, à l’époque …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *